Les libertés académiques sont menacées dans plusieurs États membres, au même titre d’ailleurs que d’autres libertés publiques fondamentales. C’est pourquoi les outils de protection de l’état de droit, y-compris ceux mis en place sous la législature qui s’achève (conditionnalité sur l’état de droit obtenue de haute lutte) peuvent et doivent être activés dans ce cas de figure. En outre nous appelons à la mise en place d’un mécanisme européen spécifique de protection de la liberté académique. [proposition 258 : « Concrétiser l’Espace européen de l’éducation par une reconnaissance mutuelle des diplômes dans tous les domaines et par la mise en place d’un mécanisme européen de protection de la liberté académique »].

Share this post :