Les chercheurs sont des travailleurs intellectuels et les principaux éléments de la recommandation que vous évoquez, adoptée en décembre dernier sous présidence (socialiste) espagnole, vont dans le sens de ce que nous défendons pour tous les travailleurs : s’attaquer à la précarité, améliorer l’équilibre vie privée/vie professionnelle, intensifier et faciliter l’accès aux outils de protection sociale y-compris pour les travailleurs mobiles, ou encore lutter contre tous les types de discriminations… Notons dans notre programme les propositions 179 (numéro européen de sécurité sociale), 191 (bien-être au travail et prévention des risques psychosociaux), 195 (semaine de quatre jours pour l’équilibre vie-privée/vie professionnelle) ; et pour les non-Européens, un système de visas et de bourses destinées aux chercheuses et chercheurs du monde entier dont la liberté académique est menacée, notamment sur les questions écologiques, de genre, ou sur les thématiques sociales, et ainsi faire de l’Union européenne un havre de liberté scientifique [proposition 263 : « Créer un système ].

Share this post :