En étant plus nombreux dans la future mandature, nous pourrons réinvestir plus massivement la commission ITRE pour laquelle nous demanderons au moins une place de titulaire et une suppléance. Sur cette base il nous apparaît logique de prolonger cet engagement sur les questions scientifiques et technologiques en participant au STOA, qui a aussi besoin de renouvellement dans ses figures et ses pratiques afin de rendre cette instance plus étanche vis à vis des grands intérêts privés (cf. l’affaire de l’étude sur les médicaments : https://www.politico.eu/article/christian-ehler-pernille-weiss-efpia-big-pharma-lobbying-study-panel-for-the-future-of-science-and-technology-stoa/).

Share this post :